• 12 octobre 2018
  • Paris
Bernadette-Groison

Allocution de Bernadette Groison, secrétaire générale de la Fédération syndicale unifiée (FSU) de France

Un acteur français (Fabrice Luchini) a dit lors d’un entretien à propos de la langue française : « Cette langue française qui nous fonde et nous soude. Les politiques devraient en priorité réfléchir à cette force-là ».

Et nous pouvons émettre le souhait à l’ouverture de ce sommet, préparant celui des états francophones, que tel sera bien le cas.

Le français est la cinquième lange la plus parlée sur les cinq continents. A la fois langue de communication dans l’espace francophone, qui permet un lien fort entre les personnes de pays différents ou même souvent à l’intérieur d’un même pays, elle est aussi un vecteur d’éducation puisqu’elle accompagne les jeunes dans leur scolarité, au côté des langues nationales.

Pour nous ici, c’est la langue syndicale qui nous rassemble et qui va nous permettre d’exprimer des positions commune sur l’école, la citoyenneté, la défense de la paix et de la démocratie.

Monsieur l’administrateur de l’OIF nous invite à faire plus et mieux. C’est un objectif que partage la FSU mais aujourd’hui dans notre pays, l’Education n’est plus une priorité comme le montre le budget prévu pour l’année 2019 avec la prévision de suppressions de postes d’enseignants ;

Nous partageons les propos de Madame la représentante du ministère des affaires étrangères,  lorqsqu’elle affirme que ce sommet est bien tout aussi officiel que les autres. Et nous sommes toutes et tous ici fiers d’y participer car l’Education doit être une priorite partout.

Nous sommes convaincus qu’il est aujourd’hui indispensable de faire de l’Education un droit pour totues et tous. Nous défendons et voulons éduquer aux valeurs du vivre ensemble c’est à dire par exemple à une éducation à l’égalité et à la diversité, à une éducation à l’égalité entre les filles et les garçons, à une éducation qui ne soit pas traitée comme une marchandise… Cela implique des politiques de scolarisation de qualité pour tous nos élèves, des politiques de formation ambitieuses pour les enseignats et tous les personnels, des politiques de recrutements aussi. Cela n écessite l’exigence d’une éducation accessible à totues et tous pour que chacune et chacune puisse réussir son parcours personnel et professionnel.

La FSU engagée dans le CSFEF depuis sa création en 1987 notamment par l’intermédiaire de ses syndicats fondateurs SNES et SNUIPP.

Un CSFEF qui regroupe donc heute 30 pays.

Un CSFEF qui permet de tisser des liens, d’encourager la coopération syndicale avec l’espace francophone.

Dans un contexte international ou les enjeux et les défis actuels sont forts, l’engagement qui est le notre pour la francophonie est indispensable. Il l’est parce qu’il contribue aussi à la paix et à la démocratie.

Ces travaux sont importants. Ils seront tres utile.

La FSU s’engage a les faire fructifier

 

 

 


Dossiers

  • 26 février 2019
  • Paris

Enquête Panorama Focus Santé 2018

Savignac

Le président du Réseau Éducation et Solidarité, Matthias Savignac, a présenté une enquête intitulée Panorama Focus Santé 2018, lors de la XVIe Rencontre du CSFEF. Voici le contenu de cette enquête: Panorama Focus Santé 2018


Consulter les dossiers

Actualités

  • 25 mars 2021
  • Montréal

Une dictature se met en place en Haïti

Magali_Georges-CNEH

Exécutions sommaires en toute impunité des opposants et militants politiques, massacres dans les quartiers populaires, répression féroce des manifestations contre le pouvoir, contre les syndicats et contre les journalistes qui couvrent les manifestations, telle est la réalité quotidienne en Haïti. Pourtant, personne ne dénonce cette situation sur la scène internationale. Au contraire, le président Jovenel


Consulter les actualités