• 14 novembre 2018
  • Paris
Mutuelle-Sema1

Table ronde sur la santé au travail : mise en place d’une mutuelle au Burkina Faso

 

Mise en place d’une mutuelle sociale au profit des professionnels de l’éducation de base du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation et de leur famille

En matière d’assurance sociale au Burkina Faso, les dispositifs de sécurité sociale couvrent uniquement les travailleurs salariés des secteurs formels public et privé, ainsi que les personnes à leur charge.

Les travailleurs du secteur privé sont couverts par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) qui est un établissement public de prévoyance sociale, placé sous la tutelle du ministère de la fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale (MFPTSS).

Ce régime ne couvre que les trois branches qui constituent les normes minimales définies par la convention no 1022 de l’OIT, à savoir: les pensions de vieillesse, d’invalidité et de survivants; les risques professionnels et les allocations familiales.

La couverture des agents de la fonction publique, des magistrats et des militaires est assurée par la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO), dont les prestations s’articulent autour des pensions de retraite, d’invalidité et de survivants

La couverture du risque maladie, qui constitue pourtant un besoin clairement exprimé par les partenaires sociaux, n’est pas assurée par ces dispositifs alors que la phase II du plan de développement du secteur de l’éducation de base (PDSEB) accorde une attention particulière à la composante « qualité » car selon le document de projet, « il existe un lien étroit entre les conditions de vie, de travail des acteurs et les résultats escomptés ».

En vue donc de faire face au déficit, voire à la non opérationnalité de l’offre de protection sociale pour les travailleurs du public comme du privé en matière de couverture des besoins sanitaires les organisations syndicales relevant du MENA ont entrepris de mettre en place une mutuelle de santé au profit de l’ensemble des professionnels de l’éducation.

Une étude de faisabilité qui demande à être actualisée a été réalisée en 2013 et a permis un recueil important d’informations et des simulations qui permettent de se faire une idée exacte des attentes des futures mutualistes.

Objectif du projet :

  • améliorer l’accès aux soins de santé des professionnels de l’éducation ainsi leur famille ;
  • contribuer à la santé et au bien-être de ces personnels et permettre la continuité de l’activité professionnelle, garante de la qualité de l’enseignement.

Partenaires du projet :

  • 14 syndicats de l’éducation (SNEA-B, SNESS, SATEB, SNEP, SYNAPAGER, SYNATRAS, SYNATENF, SPESS, SYNAVS, FESEB, STAGE, SYNAPEP, MONEP, SYNATI)
  • Mutuelle des Agents de l’Administration des Douanes du Burkina-Faso (MAADO)
  • Fédération des Mutuelles Professionnelles du Burkina-Faso (FMP/B)
  • Société Ivoirienne de Gestion d’Expertise et de Management (SIGEM)
  • Association Songui Manégré / Aide au Développement Endogène (ASMADE – Burkina)
  • Mutuelle Générale de l’Education Nationale (MGEN – France)
  • Mutualité Socialiste – Solidaris (Belgique)
  • Programme d’Appui aux Stratégies Mutualistes de Santé (PASS – Côte d’Ivoire)
  • Réseau Education et Solidarité (RES – Belgique)
  • Gouvernement du Burkina Faso (Ministère en charge de la protection sociale ; MENA ; MINEFID)

Les cibles visées par ce projet sont :

Les cibles directes : Le groupe cible de ce projet est essentiellement constitué par les différentes catégories de travailleurs du MENA, sur l’ensemble du territoire national (13 régions administratives, 45 provinces, 351 communes)

Ce sont les enseignants dans les classes, ceux dans les écoles de formation du ministère  (ENEP) et  les agents de l’administration centrale et déconcentrée (ministère, directions centrales) et déconcentrés, ainsi que leurs familles.

Les cibles directes sont composées de 356.000 personnes environ

Les cibles indirectes : Elles regroupent l’ensemble de la population burkinabè, qui sous l’impulsion de la mise en place de la Mutuelle sociale des professionnels de l’éducation de base du MENA pourront par la suite bénéficier d’une prise en charge médicale au travers d’autres mécanismes de protection sociale sous l’impulsion du présent projet.

Les retombées positives de ce projet sont multiples

  • réduire la vulnérabilité économique des professionnels de l’éducation de base en leur offrant des soins de santé de qualité à des conditions financières plus accessibles
  • assurer une continuité dans l’exercice de l’activité professionnelle
  • améliorer la qualité de l’enseignement

Adhésion : Les frais d’adhésion, payables une fois, s’élèveront à 5000 FCFA. Le panier de soins de la mutuelle est en cours de finalisation.

 

Cotisation : la cotisation retenue est de 10.000 FCFA par mois pour un ménage de 5 personnes.

Panier de soin : Le panier de soins de la mutuelle est en cours de finalisation. Le ticket modérateur sera de 25%.

Outil de gestion : un outil de gestion performant et adapté sera mis à disposition par la Fédération des Mutuelles Professionnelles du Burkina, à qui la Mutuelle du MENA déléguera une partie de la gestion de la couverture maladie afin de mutualiser des expertises et partager les coûts d’une solution de gestion. Ce partenariat prévoit aussi la mise à disposition pour la mutuelle du réseau de soins de la Fédération des mutuelles professionnelles du Burkina.


Dossiers

  • 26 février 2019
  • Paris

Enquête Panorama Focus Santé 2018

Savignac

Le président du Réseau Éducation et Solidarité, Matthias Savignac, a présenté une enquête intitulée Panorama Focus Santé 2018, lors de la XVIe Rencontre du CSFEF. Voici le contenu de cette enquête: Panorama Focus Santé 2018


Consulter les dossiers

Actualités

  • 25 mars 2021
  • Montréal

Une dictature se met en place en Haïti

Magali_Georges-CNEH

Exécutions sommaires en toute impunité des opposants et militants politiques, massacres dans les quartiers populaires, répression féroce des manifestations contre le pouvoir, contre les syndicats et contre les journalistes qui couvrent les manifestations, telle est la réalité quotidienne en Haïti. Pourtant, personne ne dénonce cette situation sur la scène internationale. Au contraire, le président Jovenel


Consulter les actualités