• 8 février 2016
  • Suisse

Suisse – Le syndicat des enseignants romands a eu 150 ans

C’était l’occasion de fêter un siècle et demi de conscience professionnelle, de foi dans le principe d’éducabilité et d’opiniâtres batailles pour donner le goût de l’avenir et l’espoir inlassable dans un travail éducatif toujours recommencé. Cent cinquante ans et autant de rentrées scolaires pleines d’enthousiasme, autant de fins d’année à constater le chemin parcouru et les progrès de petits hommes qu’on aura aidé à grandir. Un siècle et demi de travail incessant à rassembler, à expliquer que décidément on est plus intelligent ensemble que tout seul, un siècle et demi à espérer et à susciter cette union de tous les professionnels par-delà les murs de l’école, du canton, voire du pays et du continent.

C’était l’occasion aussi de reconnaître le chemin parcouru et d’avoir une pensée émue face à l’investissement de tous ceux qui nous ont précédés.

Il y a un siècle et demi

C’est le 26 septembre 1864 que « 250 instituteurs se serraient dans la salle du Grand Conseil à Neuchâtel pour adopter avec quelques modifications les statuts préparés par le Comité d’initiative. La Société fondée, on procéda aueducateur1 choix du lieu pour la 2ème assemblée générale et à l’élection des membres du Comité Central et Directeur ».

Le choix du lieu de la deuxième assemblée se porte lors de la même séance sur Fribourg. Cette deuxième assemblée, bien préparée et destinée à réfléchir sur un certain nombre de thèmes va constituer le premier d’une longue suite de congrès (en tout 43) sur un rythme le plus souvent quadriennal.

La différence d’organisation scolaire dans les cantons pose dès le départ un certain nombre de problèmes à la SIR (Société des instituteurs romands). Neuchâtel et Vaud possèdent déjà leur association d’enseignants, tandis que Fribourg est en train de la mettre sur pied, le Jura dispose de groupes éparses qu’il va s’agir de réunir, Genève est en pleine tourmente politique et « toutes les démarches faites dans le Valais sont restées infructueuses ».

C’est également Fribourg qui est choisie pour abriter la rédaction du journal. L’Educateur est ainsi né, dont la première édition va paraître le 1er janvier 1865.

neuchatel_chateau

La Romandie (Suisse francophone) veut exister

Si les statuts sont formellement adoptés le 26 septembre 1864 à Neuchâtel, l’impulsion conduisant à la création de la SIR a pour origine la participation d’instituteurs romands à une réunion des enseignants alémaniques (germanophones) qui sont déjà constitués en association. Il faut remonter au 30 juin 1849, en effet, pour voir 225 enseignants de plusieurs cantons alémaniques réunis à Lenzbourg décider de s’unir pour promouvoir l’Education. La Schweizerische Lehrerverein (SLV) est créée et c’est pour sa cinquième assemblée les 9 et 10 octobre 1863 qu’une invitation est lancée aux enseignants romands.

Ainsi bon nombre de collègues fribourgeois, neuchâtelois, jurassiens, vaudois et genevois se rendent à Berne. Et c’est là que « se sentant perdus au milieu de leurs 700 collègues germains, ils éprouvèrent le besoin de faire plus ample connaissance ». Le 27 octobre suivant, deux instituteurs neuchâtelois, Numa Droz (futur conseiller fédéral) et Frédéric Villommet adressent une lettre circulaire au corps enseignant de Suisse romande regrettant de ne pouvoir s’intégrer dans l’association suisse : « Il ne peut être question de faire entrer dans une société de langue allemande des hommes qui n’en comprennent pas le premier mot, qui ne pourrait ainsi prendre part en connaissance de cause aux délibérations, et dont le nombre sera toujours dominé par la majorité qui les environnera. Nous pourrons d’ailleurs nous allier en tout temps à nos frères allemands. » Un comité d’initiative se réunit successivement à Berne, Morat et Yverdon pour élaborer les statuts à présenter le 26 septembre.

Un magnifique ouvrage

livreIl y quelques années, les archives de notre association ont été déposées aux Archives de l’Etat de Genève. Elles peuvent être consultées par tout un chacun grâce au magnifique travail de nos spécialistes « maison », Liliane Palandella et Josianne Thévoz, ancienne présidente de la SPR. Ces deux collègues, qui ont ces dernières années tenu dans l’Educateur une rubrique historique, sont aussi partie prenante dans la réalisation d’un magnifique ouvrage que le SER (Syndicat des enseignants romands) a fait paraitre pour célébrer ce siècle et demi d’existence. Une première partie essentiellement historique fait état de l’évolution de notre association professionnelle et du monde dans lequel elle s’est inscrite au long de ces 150 ans. Dès 1864, la période de la SIR (Société des instituteurs romands) jusqu’en 1889 est le temps des fondations. La période de la consolidation ensuite englobe tout le début du XXe siècle jusqu’en 1914. Le temps des turbulences va de 1914 à 1946 et couvre la période des deux guerres mondiales. Et la deuxième moitié du XXe siècle contient tout ce temps de construction de l’harmonisation romande. L’époque contemporaine des premières années de l’association sous l’appellation SER clot cette première partie de l’ouvrage.

Un livre qui fera référence

L’autre versant de ce magnifique livre est le fruit de l’important travail déployé par l’équipe ERHISE (Equipe de Recherche en Histoire Sociale de l’Education) de l’université de Genève, sous la direction de la professeure Rita Hofstetter, et qui porte sur des thèmes traversant l’histoire de l’école et de ses acteurs : construction de l’instruction publique, transformation des savoirs scolaires, formation des enseignants, statut de l’enfant et encadrement familial, mouvements pédagogiques et internationalisme éducatif.

Il est bien sûr question aussi, dans cet ouvrage, des particularités cantonales, de l’histoire de la CIIP (Conférence des ministres cantonaux de l’instruction publique) et de l’éducation dans le reste du pays, comme bien évidemment des perspectives et de la suite à donner à cette magnifique aventure de notre association plus que centenaire. Fort des aspects historiques, des analyses et des réflexions de toute une palette d’auteures et d’auteurs qui sont de véritables experts dans leurs domaines, ce magnifique livre constitue un véritable ouvrage de référence non seulement pour les professionnels et leurs syndicats, mais aussi pour les organes officiels, les chercheurs et les instituts de formation. Les efforts, les pensées, les actions de toutes celles et tous ceux qui ont contribué à ce siècle et demi d’aventure éducative méritent à cette occasion d’être soulignés, réinvestis, voire tout simplement découverts.

C’est la publication de ce livre qui a été le point fort de cet anniversaire. Son vernissage a eu lieu lors de la célébration des 150 ans de notre faîtière et de l’Educateur. La fête officielle s’est déroulée le 12 juin 2015.

 


Dossiers

  • 17 novembre 2017
  • Burkina Faso

La gestion des déchets plastiques : la bonne pratique de l’école Nonghin-Pilote

P1140735

L’une des particularités de l’école publique bilingue Nonghin-Pilote, située à Ouagadougou au Burkina Faso, est qu’elle s’investit dans l’éducation au développement durable à travers la collecte des déchets plastiques. A-t-on besoin de le préciser, les déchets plastiques détériorent les sols et polluent l’atmosphère. La méthode utilisée par cette école consiste à établir un programme de


Consulter les dossiers

Actualités

  • 16 novembre 2017
  • Dakar, Sénégal

Contre la marchandisation de l’éducation

Csfef-Dakar

Allocution du secrétaire général du CSFEF, Luc Allaire, à l’ouverture de la Rencontre de la société civile francophone sur la privatisation et la marchandisation de l’éducation Dakar – 23 octobre 2017 Bonjour, Nous sommes réunis ici à Dakar pour discuter ensemble d’un enjeu majeur, celui de la privatisation et de la marchandisation de l’éducation qui


Consulter les actualités