• 14 septembre 2016
  • Bénin
ecole

Prolifération des écoles privées au Bénin

La floraison des écoles privées au Bénin constitue de nos jours l’une des questions les plus préoccupantes dans le monde éducatif. Le secteur privé n’est plus une simple contribution au système éducatif tel qu’il l’était originellement. Il s’est transformé en une entreprise à part entière.

Cette allégation nous amène à dire que certains promoteurs commencent leurs activités lucratives sans avoir rempli les conditions légales de création des écoles privées. Les locaux pouvant abriter les apprenants ne respectent pas les normes.

Les enseignants recrutés n’ont pas la qualification requise. Les enseignements dispensés dans certaines écoles privées sont décriés. Les conditions de vie et de travail des enseignants sont en déphasage avec les critères fixés  par le décret n° 97-532 du 28 octobre 1997 portant statuts particuliers pour la Maternelle et le Primaire définissant les conditions d’attributions et de création des écoles maternelles et primaires et les différents décrets qui l’ont modifié et complété.

Suite à cette situation peu reluisante, le SNEP-BENIN propose :

– De revoir les modalités  d’application relatives aux établissements privés;

– D’appliquer les sanctions relatives au non-respect des modalités figurant dans le décret;

– De fermer temporairement des établissements privés n’ayant pas atteint un taux de réussite supérieur à 50% de son effectif au certificat d’étude primaire (CEP);

– De déclarer les enseignants du privé à la CNSS (Caisse nationale de sécurité sociale).

Ainsi donc le système éducatif béninois participera à une société fondée sur la reconnaissance de l’autre, la solidarité, la coopération, l’engagement citoyen et le respect des droits humains.

En conclusion, le SNEP-Bénin appuie l’appel de la société civile francophone contre la marchandisation de l’éducation, car l’éducation est un droit fondamental, et l’État a l’obligation d’en assurer la pleine responsabilité.


Dossiers

Consulter les dossiers

Actualités

  • 17 octobre 2018
  • Paris, France

Sommet de la Francophonie : 57 chefs d’État renouvellent leur attachement à l’éducation publique

Alors que le XVIIème sommet de la Francophonie de 2018 se clôture en Arménie (11 et 12 octobre 2018), 57 Etats membres de la Francophonie répondent favorablement à l’appel du Réseau francophone contre la marchandisation de l’éducation en faveur de l’éducation publique. Le paragraphe 45 de la Déclaration d’Erevan affirme : « Réaffirmant notre attachement à une


Consulter les actualités