• 3 mai 2016
  • Burkina Faso
education-base

Programme de développement stratégique de l’éducation de base au Burkina Faso: le bilan à mi-parcours

Le Programme de développement stratégique de l’éducation de base (PDSEB) est sans nul doute le second plan ambitieux en matière de développement du secteur de l’éducation au Burkina Faso. Sa mise en œuvre est faite à travers des programmes et sous-programmes visant l’atteinte d’un certain nombre de résultats. Les actions devant contribuer à l’atteinte progressive desdits résultats au cours de la première phase (2012-2015) sont déclinées en sous-activités régulièrement définies dans les plans d’action annuels du ministère de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation (MENA).

L’élaboration du rapport annuel 2015 de suivi de la mise en œuvre du PDSEB s’est faite dans un contexte marqué par :

i) la fin de la transition et l’élection présidentielle du 29 novembre 2015,

ii) la mise en œuvre du Programme socio-économique d’urgence de la Transition (PSUT),

iii) les mutations institutionnelles suite à la formation du gouvernement le 12 janvier 2016,

La mise en œuvre du Programme de Développement Stratégique de l’Education de Base (PDSEB) en 2015 a permis d’atteindre des résultats appréciables et ce, en dépit de la situation sociopolitique au lendemain de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 qui a eu des répercussions sur le financement et la mise en œuvre des activités du plan d’action 2015 du MENA.

 

Au préscolaire, le taux de préscolarisation a augmenté de 0,2% entre 2013 et 2014. Il a légèrement diminué de 0,1% entre 2014 et 2015. Malgré tout, il est en deçà de la cible fixée qui est de 4,6% en 2015. Dans l’enseignement primaire, le Taux brut d’admission (TBA) global est passé de 92,8% en 2013 à 98,8% en 2015, soit un gain de 6 points de pourcentage. On remarque que cette augmentation est beaucoup plus due aux garçons (8,1%) qu’aux filles (3,9%). En dépit de ces accroissements, le TBA global a manqué de 1,2 point de pourcentage pour atteindre la prévision (100%) en 2015. Quant au Taux brut de scolarisation (TBS), il est passé de 81,3% en 2013 à 83,7% en 2015, mais reste loin du taux prévu (91,1%), d’où un écart de 7,4 points de pourcentage.

Au titre du recrutement d’enseignants, et conformément au plan de recrutement, 436 professeurs ont été recrutés sur un besoin exprimé de 900 et 2400 instituteurs adjoints certifiés (IAC) recrutés sur une prévision de 4800. La difficulté majeure pour le recrutement des professeurs a été l’insuffisance de candidatures enregistrées, probablement, faute de vivier  notamment dans les disciplines scientifiques.

La mise en œuvre du programme « Amélioration de la qualité de l’éducation de base formelle » en 2015 a été affectée par les effets néfastes des troubles  sociaux, politiques et économiques qu’a connus le Burkina Faso en 2014 et 2015. Le taux d’exécution globale du programme est en baisse, 69% en 2015 contre 82% en 2014. Par conséquent, des actions programmées n’ont pu être réalisées avec pour corollaire des résultats mitigés.

La reforme curriculaire en éducation de base a porté sur l’expérimentation du nouveau curriculum des niveaux 1 du formel et du non formel dans les six régions pilotes que sont la Boucle du Mouhoun,  le Centre, l’Est, les Hauts Bassins, le Plateau Central et le Sahel. A ce titre, 250 acteurs expérimentateurs ont été formés. Une stratégie d’intégration des savoirs endogènes dans les nouveaux curriculums a été élaborée. Le nouveau programme d’enseignement expérimenté fera l’objet de correction avant le passage à l’échelle nationale. Au niveau de la formation professionnelle et technique, des programmes de formation dans les métiers certifiés sur la base des référentiels de formation sont élaborés.

La construction du nouveau curriculum a permis de déterminer un volume horaire d’enseignement qui est en train d’être testé pendant l’expérimentation. Ce volume horaire officiel est de 770 heures pour le préscolaire et le primaire, 795 heures au post-primaire et 720 heures au non formel. A cet effet, un référentiel unique de suivi du volume horaire au niveau du MENA est aussi en expérimentation.

La coordination du sous-secteur a été assurée à travers la tenue régulière des différentes sessions périodiques et statutaires prévues à tous les niveaux (central et déconcentré). Au niveau de la mobilisation des ressources et du financement du sous-secteur, l’année 2015, on note une baisse de la part relative des ressources propres de l’Etat allouées au secteur de l’éducation (19,79% en 2015 contre 23,43% en 2014) et subséquemment au sous-secteur de l’éducation de base (13,13% en 2015 contre 15, 30% en 2014).

[1]La promotion des écoles bilingues, la promotion de l’enseignement bilingue franco-arabe et la stratégie de l’éducation inclusive.

 

Programme de développement stratégique de l’éducation de base au Burkina Faso: le bilan à mi-parcours


Dossiers

  • 17 novembre 2017
  • Burkina Faso

La gestion des déchets plastiques : la bonne pratique de l’école Nonghin-Pilote

P1140735

L’une des particularités de l’école publique bilingue Nonghin-Pilote, située à Ouagadougou au Burkina Faso, est qu’elle s’investit dans l’éducation au développement durable à travers la collecte des déchets plastiques. A-t-on besoin de le préciser, les déchets plastiques détériorent les sols et polluent l’atmosphère. La méthode utilisée par cette école consiste à établir un programme de


Consulter les dossiers

Actualités

  • 16 novembre 2017
  • Dakar, Sénégal

Contre la marchandisation de l’éducation

Csfef-Dakar

Allocution du secrétaire général du CSFEF, Luc Allaire, à l’ouverture de la Rencontre de la société civile francophone sur la privatisation et la marchandisation de l’éducation Dakar – 23 octobre 2017 Bonjour, Nous sommes réunis ici à Dakar pour discuter ensemble d’un enjeu majeur, celui de la privatisation et de la marchandisation de l’éducation qui


Consulter les actualités