• 15 septembre 2016
  • Côte d'Ivoire
ecole-cote-ivoire-mediaterre

L’État, l’enseignement privé et les objectifs de l’Éducation pour tous

Le mardi 12 juillet 2016 à 14 heures, les candidats au Brevet d’Études du Premier Cycle (BEPC) ont été situés sur leur sort. Sur 330 048 candidats qui ont composé dans 552 centres sur tout le territoire national, 307 321 parmi eux étaient inscrits pour le BEPC session 2016. 59 % d’admis ont été enregistrés contre 58,62 % en 2015 soit un progrès de 0, 49% selon le Ministère de l’Éducation Nationale. Ces admis seront mis à la disposition de la Commission Nationale d’Orientation (CNO) pour être affectés en seconde soit dans un établissement public, ou… privé.

Maintenant, la question est de mettre en pratique la loi sur l’école obligatoire. Cela suppose que tous les élèves admis au BEPC seront affectés en seconde dans un établissement public.

Mais, dans notre système éducatif, l’affectation en seconde est d’autant plus délicate qu’il ne suffit pas d’avoir le BEPC. L’orientation en seconde est un cauchemar pour les élèves et leurs parents. En effet, la Commission Nationale d’Orientation (CNO) opère une véritable discrimination, entre les disciplines en privilégiant seulement quatre : Rédaction, Mathématiques, Anglais et Physiques- chimie.

La moyenne d’orientation exigée par la CNO est donc calculée à partir de ces quatre matières seulement alors que pour l’évaluation finale au BEPC, toutes les matières ont le même coefficient.

Le procédé tel qu’il est appliqué pour orienter les élèves en seconde après le BEPC est donc un frein à la réalisation de l’école obligatoire.

Le deuxième niveau de problèmes, quand bien même le tamisage aura été fait, c’est l’affectation d’un grand nombre d’élèves dans le privé. Certes, de nouvelles écoles ont été créées ou réhabilitées pour la rentrée scolaire 2016-2017, mais les infrastructures publiques restent toujours insuffisantes.

Pour le Syndicat National des Enseignants du Second degré de Côte-d’Ivoire (SYNESCI), il ne sert à rien de brandir le taux d’admission comme un trophée. Le BEPC ne doit pas être le terminus de certains élèves. C’est pourquoi, le syndicat interpelle l’État pour investir davantage dans les infrastructures scolaires afin de permettre à ces élèves de continuer leur formation dans les lycées et collèges publics et bénéficier d’un enseignement de qualité.

 

Source: Médiaterre


Dossiers

  • 17 novembre 2017
  • Burkina Faso

La gestion des déchets plastiques : la bonne pratique de l’école Nonghin-Pilote

P1140735

L’une des particularités de l’école publique bilingue Nonghin-Pilote, située à Ouagadougou au Burkina Faso, est qu’elle s’investit dans l’éducation au développement durable à travers la collecte des déchets plastiques. A-t-on besoin de le préciser, les déchets plastiques détériorent les sols et polluent l’atmosphère. La méthode utilisée par cette école consiste à établir un programme de


Consulter les dossiers

Actualités

  • 16 novembre 2017
  • Dakar, Sénégal

Contre la marchandisation de l’éducation

Csfef-Dakar

Allocution du secrétaire général du CSFEF, Luc Allaire, à l’ouverture de la Rencontre de la société civile francophone sur la privatisation et la marchandisation de l’éducation Dakar – 23 octobre 2017 Bonjour, Nous sommes réunis ici à Dakar pour discuter ensemble d’un enjeu majeur, celui de la privatisation et de la marchandisation de l’éducation qui


Consulter les actualités