• 15 septembre 2016
  • Côte d'Ivoire
ecole-cote-ivoire-mediaterre

L’État, l’enseignement privé et les objectifs de l’Éducation pour tous

Le mardi 12 juillet 2016 à 14 heures, les candidats au Brevet d’Études du Premier Cycle (BEPC) ont été situés sur leur sort. Sur 330 048 candidats qui ont composé dans 552 centres sur tout le territoire national, 307 321 parmi eux étaient inscrits pour le BEPC session 2016. 59 % d’admis ont été enregistrés contre 58,62 % en 2015 soit un progrès de 0, 49% selon le Ministère de l’Éducation Nationale. Ces admis seront mis à la disposition de la Commission Nationale d’Orientation (CNO) pour être affectés en seconde soit dans un établissement public, ou… privé.

Maintenant, la question est de mettre en pratique la loi sur l’école obligatoire. Cela suppose que tous les élèves admis au BEPC seront affectés en seconde dans un établissement public.

Mais, dans notre système éducatif, l’affectation en seconde est d’autant plus délicate qu’il ne suffit pas d’avoir le BEPC. L’orientation en seconde est un cauchemar pour les élèves et leurs parents. En effet, la Commission Nationale d’Orientation (CNO) opère une véritable discrimination, entre les disciplines en privilégiant seulement quatre : Rédaction, Mathématiques, Anglais et Physiques- chimie.

La moyenne d’orientation exigée par la CNO est donc calculée à partir de ces quatre matières seulement alors que pour l’évaluation finale au BEPC, toutes les matières ont le même coefficient.

Le procédé tel qu’il est appliqué pour orienter les élèves en seconde après le BEPC est donc un frein à la réalisation de l’école obligatoire.

Le deuxième niveau de problèmes, quand bien même le tamisage aura été fait, c’est l’affectation d’un grand nombre d’élèves dans le privé. Certes, de nouvelles écoles ont été créées ou réhabilitées pour la rentrée scolaire 2016-2017, mais les infrastructures publiques restent toujours insuffisantes.

Pour le Syndicat National des Enseignants du Second degré de Côte-d’Ivoire (SYNESCI), il ne sert à rien de brandir le taux d’admission comme un trophée. Le BEPC ne doit pas être le terminus de certains élèves. C’est pourquoi, le syndicat interpelle l’État pour investir davantage dans les infrastructures scolaires afin de permettre à ces élèves de continuer leur formation dans les lycées et collèges publics et bénéficier d’un enseignement de qualité.

 

Source: Médiaterre


Dossiers

  • 8 janvier 2019
  • Paris

Table ronde 1 : vivre ensemble à l’école

DSC_0202a-1

Éducation à la citoyenneté dans les programmes scolaires : le cas du Rwanda Le Rwanda est situé au cœur de l’Afrique, il est connu comme pays des mille collines avec une superficie de 26,338 km2 et une population d’à peu près 12 millions d’habitants. Ancienne colonie belge comme le Burundi et la République Démocratique du Congo respectivement


Consulter les dossiers

Actualités

  • 19 décembre 2018
  • Mauritanie

NOUVEAU: Rapport sur la Privatisation et Marchandisation de l’Education en Mauritanie

L’Association des Femmes Chefs de Famille (AFCF), la Coalition des Organisations Mauritaniennes pour l’Education (COMEDUC) et l’Initiative mondiale pour les droits économiques, sociaux et culturels (GI-ESCR) ont publié hier leur rapport soumis au Comité des Droits de l’Enfant (CDE) en août 2018, concernant la croissance de la privatisation et la marchandisation de l’éducation en Mauritanie. Suite à la


Consulter les actualités