• 14 septembre 2016
  • République démocratique du Congo
ecole-privee-belge-rdc

Les écoles privées, une gangrène à la qualité de l’éducation

En République Démocratique du Congo, les écoles primaires et secondaires privées sont créées du jour au lendemain. En attendant l’agrément du Ministère central de l’enseignement, une lettre du gouverneur de province peut autoriser leur fonctionnement après validation de la liste à l’activité de promo scolaire entre les acteurs éducatifs de la province concernée.

La motivation inavouée de la plupart des promoteurs de ces écoles est généralement de faire du bénéfice au détriment de la qualité de l’offre éducative. Au niveau rural où le phénomène est répandu, l’étude de viabilité de ces établissements surtout de fortune est douteuse. Le Ministère en charge est pris au dépourvu, débordé par la demande de l’éducation, ne sait pas trop à quel saint se vouer.

La Fédération Nationale des Enseignants et Educateurs sociaux du Congo (FENECO) pense qu’il est temps que le Ministère prenne ses responsabilités. Ce phénomène de privatisation/marchandisation de l’éducation, qui laisse libre cours aux promoteurs d’organiser l’école au gré de leurs intérêts, est contraire aux dispositions internationales et nationales prônant le droit à une éducation de qualité pour tous. Cela est conforme à l’appel de la société civile francophone de juin 2016 contre la marchandisation de l’éducation.

Cet appel demande aux chefs d’état, y compris celui de la RDC, de prendre des mesures pour « mettre en place le plus rapidement possible un système d’éducation publique entièrement gratuit de qualité pour tous, visant la réalisation du droit de l’éducation et de l’objectif de développement durable n°4 ». Ce qui permettra d’éviter le pire.

 


Dossiers

Consulter les dossiers

Actualités

  • 17 octobre 2018
  • Paris, France

Sommet de la Francophonie : 57 chefs d’État renouvellent leur attachement à l’éducation publique

Alors que le XVIIème sommet de la Francophonie de 2018 se clôture en Arménie (11 et 12 octobre 2018), 57 Etats membres de la Francophonie répondent favorablement à l’appel du Réseau francophone contre la marchandisation de l’éducation en faveur de l’éducation publique. Le paragraphe 45 de la Déclaration d’Erevan affirme : « Réaffirmant notre attachement à une


Consulter les actualités