• 3 mai 2016
  • Burkina Faso
telephone

Le téléphone portable en milieu scolaire : une solution palliative

L’évolution des moyens de communication est aujourd’hui dans une dynamique irréversible. Celle du téléphone portable s’est faite à une telle vitesse qu’il a pénétré toutes les couches de la société et s’est imposée comme le moyen de communication le plus utilisé.

Introduit au Burkina Faso en 1996, le téléphone cellulaire est devenu aujourd’hui aussi incontournable que la télévision et se révèle un instrument d’utilité multifonctionnel dans le quotidien des Burkinabè.
En milieu scolaire, la présence du téléphone portable a contribué totalement à changer le comportement des élèves, à accentuer les actes d’indiscipline et à créer un dysfonctionnement dans les relations famille-école aussi à l’intérieur de chaque entité. Les questions que l’on se pose encore aujourd’hui sont :
1. Existe-t-il une prise de conscience tant des élèves que des parents, des conséquences néfastes de cet outil sur la qualité de l’éducation ?
2. Les établissements scolaires ont-ils vraiment les moyens pour combattre ce phénomène ?
3. N’y a-t-il pas une possibilité de créer des facteurs permettant une cohabitation de cet outil d’avec le milieu scolaire ?
Quoi que l’on dise, même s’il n’est pas nécessaire aux élèves en classe, il n’en demeure pas moins qu’il est d’une certaine utilité en milieu scolaire. Après les cours, entre l’école et le domicile, le téléphone portable permet aux élèves de communiquer avec leurs parents afin de les rassurer. Il leur permet également de communiquer entre eux pour les besoins de leur groupe d’étude respectif. Il permet même aux élèves responsables de structures d’élèves et aux responsables des établissements de communiquer pour résoudre certaines questions urgentes.

Une éducation à l’utilisation citoyenne du téléphone serait plus judicieuse, car à l’instar des autres TIC, le téléphone cellulaire doit être intégré à l’école.
A ce titre, il est nécessaire pour chaque établissement à l’interne, à travers un règlement intérieur local, de revoir la réglementation qui pourrait permettre à chaque élève utilisateur du téléphone portable d’assumer pleinement sa responsabilité à travers une utilisation citoyenne.

http://www.mediaterre.org/actu,20160417171048,5.html


Dossiers

  • 17 novembre 2017
  • Burkina Faso

La gestion des déchets plastiques : la bonne pratique de l’école Nonghin-Pilote

P1140735

L’une des particularités de l’école publique bilingue Nonghin-Pilote, située à Ouagadougou au Burkina Faso, est qu’elle s’investit dans l’éducation au développement durable à travers la collecte des déchets plastiques. A-t-on besoin de le préciser, les déchets plastiques détériorent les sols et polluent l’atmosphère. La méthode utilisée par cette école consiste à établir un programme de


Consulter les dossiers

Actualités

  • 16 novembre 2017
  • Dakar, Sénégal

Contre la marchandisation de l’éducation

Csfef-Dakar

Allocution du secrétaire général du CSFEF, Luc Allaire, à l’ouverture de la Rencontre de la société civile francophone sur la privatisation et la marchandisation de l’éducation Dakar – 23 octobre 2017 Bonjour, Nous sommes réunis ici à Dakar pour discuter ensemble d’un enjeu majeur, celui de la privatisation et de la marchandisation de l’éducation qui


Consulter les actualités