• 6 février 2017
  • Burkina Faso
SAMSUNG CAMERA PICTURES

Favoriser la prévention et la médiation pour contrer la violence à l’école

Il n’est plus possible aujourd’hui, de concevoir un dispositif éducatif qui ne prenne en compte les besoins fondamentaux de l’enfant pour son épanouissement intégral. Le système éducatif burkinabé, hérité de la colonisation, traîne encore avec lui des pratiques pédagogiques destinées à former des « sujets » au service de l’administration coloniale.

En outre, au Burkina comme ailleurs, il n’est pas rare que dans certaines écoles, les élèves aient faim, qu’ils soient soumis à des châtiments corporels, à des humiliations, à des stéréotypes sexistes ou pire, à des agressions sexuelles. S’il est difficile de dresser un tableau statistique des formes de privations, de violences et d’agressions subies par des enfants en milieu scolaire, une chose est sûre : ces pratiques ont des répercussions néfastes sur le développement de l’enfant et par conséquent sur sa réussite scolaire. La qualité des apprentissages pâtit également de l’absence de toilettes appropriées, de points d’eau courante et de cantines scolaires.

Afin de donner à tous les enfants de réelles chances de réussite, il est indispensable que l’éducation soit inclusive et centrée sur l’enfant. Il s’agit, pour les systèmes éducatifs, d’être capables de répondre à la diversité des apprenants, de promouvoir des méthodologies centrées sur l’enfant et de garantir que les écoles soient des lieux sûrs, sains et plaisants pour tous les enfants.

L’actualité récente, caractérisée par la recrudescence de l’incivisme et autres actes de violences, interpelle l’ensemble des acteurs à trouver des mécanismes de prévention et de médiation des conflits en milieu scolaire. Ceci passe par la formation des acteurs sur des pratiques pédagogiques plus participatives et par l’intégration des droits de l’enfant dans les programmes scolaires. Par exemple, associer les élèves dans l’élaboration du règlement intérieur des structures éducatives leur permet de se sentir impliqués et valorisés.

Des approches comme celle des Ecoles de qualité amies des enfants (EQAmE) développées par l’Unicef et en cours d’introduction dans le système éducatif sont à encourager et à promouvoir. Des opportunités et de bonnes pratiques existent, développées par les ONG partenaires du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA), et dont il faut s’en inspirer.

 


Dossiers

  • 17 novembre 2017
  • Burkina Faso

La gestion des déchets plastiques : la bonne pratique de l’école Nonghin-Pilote

P1140735

L’une des particularités de l’école publique bilingue Nonghin-Pilote, située à Ouagadougou au Burkina Faso, est qu’elle s’investit dans l’éducation au développement durable à travers la collecte des déchets plastiques. A-t-on besoin de le préciser, les déchets plastiques détériorent les sols et polluent l’atmosphère. La méthode utilisée par cette école consiste à établir un programme de


Consulter les dossiers

Actualités

  • 16 novembre 2017
  • Dakar, Sénégal

Contre la marchandisation de l’éducation

Csfef-Dakar

Allocution du secrétaire général du CSFEF, Luc Allaire, à l’ouverture de la Rencontre de la société civile francophone sur la privatisation et la marchandisation de l’éducation Dakar – 23 octobre 2017 Bonjour, Nous sommes réunis ici à Dakar pour discuter ensemble d’un enjeu majeur, celui de la privatisation et de la marchandisation de l’éducation qui


Consulter les actualités