• 6 mars 2017
  • Burkina Faso
webacc

Des lampes solaires pour améliorer l’enseignement-apprentissage des élèves des zones rurales

Le projet « Une lampe pour l’Afrique » a initié une sortie terrain le vendredi 24 février 2017 à l’école de Gondogo et celle de l’amitié de Guilongou à Ziniaré. Objectif: permettre aux journalistes et aux membres du comité de pilotage de toucher du doigt les activités menées par le projet.

Selon la coordonnatrice Salamata Congo, cette visite s’inscrit dans le cadre de la recommandation du comité de pilotage qui souhaite qu’au moins une fois dans l’année, une sortie sur le terrain soit réalisée pour constater de visu les activités du projet sur le terrain. Le projet Une lampe pour l’Afrique a pour objectif de doter les écoles primaires en kits solaires afin de leur permettre d’étudier la nuit pour améliorer leur rendement, a-t-elle ajouté. Et le directeur de l’école Gondogo, Nacoulma Benjamin de renchérir : « Depuis l’arrivée de ces lampes, on a constaté une nette amélioration du rendement scolaire. »

Compte tenu des difficultés dans les différents hameaux, les élèves étudient en clubs dans les familles les plus proches de 18h à 20h. Dans les différents clubs ce sont les parents qui s’organisent pour surveiller les enfants, a laissé entendre Daniel Consimbo, président de l’association des parents d’élèves de l’école de l’amitié de Guilongou.

Le projet est à sa troisième phase et compte plus de 300 000 lampes mises à la disposition de 2 000 écoles.

Pour Ibrahim Ouattara, représentant la Chine Taiwan, partenaire technique et financier du projet, le coût global du financement a évolué de 2011 à 2017. « Cette année, nous sommes à 1 500 000 euros et le même montant est prévu pour 2018. » De 2011 à 2018, le financement global est de 11 000 000 d’euros.

 

Source: Médiaterre


Dossiers

  • 17 novembre 2017
  • Burkina Faso

La gestion des déchets plastiques : la bonne pratique de l’école Nonghin-Pilote

P1140735

L’une des particularités de l’école publique bilingue Nonghin-Pilote, située à Ouagadougou au Burkina Faso, est qu’elle s’investit dans l’éducation au développement durable à travers la collecte des déchets plastiques. A-t-on besoin de le préciser, les déchets plastiques détériorent les sols et polluent l’atmosphère. La méthode utilisée par cette école consiste à établir un programme de


Consulter les dossiers

Actualités

  • 16 novembre 2017
  • Dakar, Sénégal

Contre la marchandisation de l’éducation

Csfef-Dakar

Allocution du secrétaire général du CSFEF, Luc Allaire, à l’ouverture de la Rencontre de la société civile francophone sur la privatisation et la marchandisation de l’éducation Dakar – 23 octobre 2017 Bonjour, Nous sommes réunis ici à Dakar pour discuter ensemble d’un enjeu majeur, celui de la privatisation et de la marchandisation de l’éducation qui


Consulter les actualités