• 9 décembre 2016
  • Antananarivo, Madagascar
20161111_115541_004

Allocution de Justet Rabeson, correspondant national de la CONFEMEN à Madagascar

C’est un grand honneur et un réel plaisir pour moi, en tant que Correspondant National de la Conférence des ministres de l’Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) à Madagascar, de prendre ici la parole pour représenter la CONFEMEN. En effet, pour des raisons indépendantes de sa volonté, le Président de la CONFEMEN ne peut pas honorer de sa présence cette Rencontre du Comité Syndical Francophone de l’Education et de la Formation et vous demande de bien vouloir l’en excuser.

Permettez-moi tout d’abord de vous souhaiter, à tous et à toutes, la bienvenue dans ce pays et de vous adresser mes vifs remerciements pour votre présence en ce lieu.  Votre abnégation témoigne de votre ferme volonté à contribuer au développement de la Francophonie.

Je voudrais également marquer notre reconnaissance à tous les membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie d’avoir bien voulu organiser cette importante rencontre à Madagascar. Je tiens à les remercier pour ce grand privilège qu’ils nous ont accordé.

La CONFEMEN est la plus ancienne institution de la Francophonie. Créée en 1960 en tant que Conférence des Ministres de l’Education des pays africains et malgache d’expression française, la CONFEMEN œuvre pour la promotion de l’éducation et de la formation professionnelle et technique. Elle représente un espace de valeurs partagées, d’expertise et de solidarité agissante dans lequel s’enracine notre appartenance au monde francophone. Elle compte aujourd’hui 44 États et gouvernements membres.

La CONFEMEN a trois missions essentielles :

  • informer ses membres sur l’évolution des systèmes éducatifs et les réflexions en cours ;
  • nourrir la réflexion sur des thèmes d’intérêt commun en vue d’actions à mener en coopération ;
  • animer la concertation entre ministres et experts afin d’élaborer des positions communes et formuler des recommandations pour appuyer les politiques régionales et internationales en matière d’éducation.

A travers son Programme d’analyse des systèmes éducatifs (PASEC) créé en 1991, la CONFEMEN s’est doté d’un outil d’analyse et d’évaluation qui fournit aux décideurs des informations objectives pour orienter leurs choix en matière de politiques éducatives. Ce programme vise à :

  • Identifier les facteurs liés à l’environnement scolaire et extrascolaire qui affectent les apprentissages des élèves
  • Développer dans chacun des Etats participants, une capacité interne et permanente d’évaluation
  • Diffuser les méthodes, les instruments et les résultats en matière d’évaluation
  • Renforcer le rôle d’observatoire des systèmes éducatifs de la CONFEMEN.

En d’autres termes, le PASEC se fixe comme objectif de « mettre en relation les aspects quantitatifs et qualitatifs des systèmes éducatifs et de dégager les choix possibles des stratégies éducatives les plus efficaces. ».

Madagascar, étant un pays membre de la CONFEMEN, a déjà bénéficié de 3 évaluations diagnostiques du PASEC:

  • en 1997-1998,
  • en 2004-2005 et
  • en 2015.

Les élèves de CP2 et de CM2 ont subi des tests de français, de malagasy et de mathématiques. Des questionnaires d’enquête ont été soumis aux élèves, à leurs enseignants et aux directeurs des écoles échantillonnées.

Les rapports de ces études sont disponibles sur le site web de la CONFEMEN.

Ces évaluations ont permis de disposer de résultats qui ont contribué à l’élaboration des différents plans nationaux.

Il est évident que la CONFEMEN sera toujours un acteur et un promoteur important de l’accès d’une éducation de qualité pour tous. Elle souhaite vivement vous inviter à s’intégrer dans cette espace d’échanges et de partage.

D’ores et déjà donc, soyez remerciés pour vos contributions et vos participations au cours des différents ateliers et différentes réunions qui vont marquer cette conférence.

Mais, je ne saurais terminer mon allocution sans adresser un mot de gratitude aux comités préparatoires de cette Conférence. Je sais que vous vous êtes beaucoup dépensé et que vous avez fait beaucoup de sacrifices pour la réussite de cette réunion. Je vous remercie pour vos efforts et pour votre abnégation.

Excellence,

Mesdames et Messieurs,

 

Bienvenue en terre malgache. Je vous remercie.

 


Dossiers

  • 17 novembre 2017
  • Burkina Faso

La gestion des déchets plastiques : la bonne pratique de l’école Nonghin-Pilote

P1140735

L’une des particularités de l’école publique bilingue Nonghin-Pilote, située à Ouagadougou au Burkina Faso, est qu’elle s’investit dans l’éducation au développement durable à travers la collecte des déchets plastiques. A-t-on besoin de le préciser, les déchets plastiques détériorent les sols et polluent l’atmosphère. La méthode utilisée par cette école consiste à établir un programme de


Consulter les dossiers

Actualités

  • 16 novembre 2017
  • Dakar, Sénégal

Contre la marchandisation de l’éducation

Csfef-Dakar

Allocution du secrétaire général du CSFEF, Luc Allaire, à l’ouverture de la Rencontre de la société civile francophone sur la privatisation et la marchandisation de l’éducation Dakar – 23 octobre 2017 Bonjour, Nous sommes réunis ici à Dakar pour discuter ensemble d’un enjeu majeur, celui de la privatisation et de la marchandisation de l’éducation qui


Consulter les actualités