• 28 janvier 2016
  • Québec
photo greve CSQ

Québec – Une mobilisation historique qui a donné des résultats

Au cours des derniers mois, les membres de la CSQ ont été plus mobilisés que jamais : des assemblées syndicales bondées, de grands rassemblements inspirants, des mandats de grève obtenus à 82 %, de solides lignes de piquetage ainsi que des manifestations imposantes lors des trois jours de grèves rotatives et de la journée de grève nationale. À tout cela s’est ajouté un appui citoyen très important.

Cette mobilisation historique et le travail acharné des différentes équipes de négociation du réseau scolaire, de l’enseignement supérieur, de la santé et des services sociaux ont eu raison des nombreuses demandes de récupérations méprisantes et inacceptables du gouvernement, qu’il justifiait en invoquant le contexte d’austérité. Ses demandes visaient à faire des compressions majeures dans les services offerts ainsi que dans les conditions de travail, et ce, dans le seul but de satisfaire ses ambitions idéologiques.

En effet, il était très clair que ces demandes représentaient des « commandes » du Conseil du trésor : assouplissement de la sécurité d’emploi, diminution des bénéfices de l’assurance traitement, réduction de l’accès à l’assurance maladie, limitation de l’exercice des associations accréditées ainsi que de nombreuses autres demandes visant à introduire plus de souplesse et de flexibilité dans l’organisation du travail (par exemple : horaires de travail ajustés, octroi des postes en fonction des besoins de la clientèle). Au final, toutes les équipes de négociation syndicales ont réussi à faire reculer l’employeur.

À la mi-décembre, les fédérations du secteur public de la CSQ ont conclu des ententes de principe. Voici un survol pour les fédérations représentant les enseignantes et enseignants.

FÉDÉRATION DES SYNDICATS DE L’ENSEIGNEMENT

Parmi les gains :

  • Diminution de la taille des groupes en maternelle 5 ans (-1 élève)
  • Bonification de 50 % de l’enveloppe de soutien à la composition de la classe (notamment pour l’intégration des élèves présentant un trouble du comportement)
  • Ajout de 400 postes à temps plein à la formation professionnelle et à l’éducation des adultes, et ce, sans contreparties
  • Reconnaissance des 6 journées de maladie annuelles (monnayables)
  • Obligation de consulter les syndicats pour encadrer l’enseignement à distance

Parmi les acquis consolidés :

  • Protection de l’horaire de travail de 32 heures de présence à l’école
  • Protection intégrale de la taille des groupes (ratios) à tous les niveaux
  • Protection de la totalité des enveloppes pour le soutien aux élèves en difficulté et reconduction complète de l’annexe encadrant l’intégration des élèves handicapés et de ceux présentant un trouble grave du comportement

Parmi les demandes patronales inacceptables que nous avons contrées :

  • Augmentation du temps de présence à l’école à 35 heures par semaine et retrait du temps de travail de nature personnelle
  • Hausse, de manière importante, du nombre d’élèves par classe et élimination des moyennes à tous les niveaux
  • Suppression des enveloppes de services aux élèves en difficulté, dont celles pour les enseignants ressources et les enseignants en orthopédagogie
  • Retrait de la pondération à priori et accroissement du nombre d’élèves en difficulté dans les classes, complexification de leur reconnaissance, et ce, sans aucune garantie de services
  • Abolition de l’entrée progressive au préscolaire, imposition de plus de groupes à plus d’une année d’études, dont le préscolaire avec la première année
  • Attaque de la sécurité d’emploi et augmentation de la précarisation, surtout en formation professionnelle et à l’éducation des adultes

FÉDÉRATION DES ENSEIGNANTES ET ENSEIGNANTS DE CÉGEP

Parmi les gains :

  • Diminution de la charge individuelle de travail maximale
  • Reconnaissance de l’appartenance des professeurs de cégep à l’enseignement supérieur
  • Améliorations du soutien aux étudiantes et étudiants en situation de handicap

Parmi les demandes patronales inacceptables que nous avons contrées :

  • Diminution de la sécurité d’emploi
  • Réduction des libérations syndicales
  • Limitation de l’accès à la permanence

Catherine Gauthier et Claude Girard
Service des communications de la CSQ


Actualités

  • 16 novembre 2017
  • Dakar, Sénégal

Contre la marchandisation de l’éducation

Csfef-Dakar

Allocution du secrétaire général du CSFEF, Luc Allaire, à l’ouverture de la Rencontre de la société civile francophone sur la privatisation et la marchandisation de l’éducation Dakar – 23 octobre 2017 Bonjour, Nous sommes réunis ici à Dakar pour discuter ensemble d’un enjeu majeur, celui de la privatisation et de la marchandisation de l’éducation qui


Consulter les actualités

Dossiers

  • 17 novembre 2017
  • Burkina Faso

La gestion des déchets plastiques : la bonne pratique de l’école Nonghin-Pilote

P1140735

L’une des particularités de l’école publique bilingue Nonghin-Pilote, située à Ouagadougou au Burkina Faso, est qu’elle s’investit dans l’éducation au développement durable à travers la collecte des déchets plastiques. A-t-on besoin de le préciser, les déchets plastiques détériorent les sols et polluent l’atmosphère. La méthode utilisée par cette école consiste à établir un programme de


Consulter les dossiers