• 8 janvier 2019
  • Paris
DSC_0202a-1

Table ronde 1 : vivre ensemble à l’école

Éducation à la citoyenneté dans les programmes scolaires : le cas du Rwanda

Le Rwanda est situé au cœur de l’Afrique, il est connu comme pays des mille collines avec une superficie de 26,338 km2 et une population d’à peu près 12 millions d’habitants.

Ancienne colonie belge comme le Burundi et la République Démocratique du Congo respectivement au sud et à l’ouest, le Rwanda a comme voisin à l’est la Tanzanie qui fut sous la même administration du temps des Allemands sous le Deutch Ouest Africa entre 1898-1918. Au nord il y a l’Ouganda.

Le Rwanda avec ses trois voisins plus le Kenya et le Soudan du Sud font partie de ce que nous appelons aujourd’hui la communauté Est Africaine ou “The East Africa community” en Anglais. De par sa situation géographique et historico-politique, le Rwanda est actuellement en pleine transformation sociale, politique et économique.

Il est présentement pris comme Modèle de développement dans la région à cause de ses réalisations passant de son passé colonial, du génocide commis contre les Tutsis de 1994 au Rwanda actuel émergeant.

Le Rwanda est en même temps Francophone, Anglophone et même Swahiliphone surtout avec l’adoption du Kiswahili comme 4ème langue officielle d’après la loi organique du 02 Avril 2017.

Le Kinyarwanda est la langue nationale parlée par tous les Rwandais à l’intérieur du pays.

Le Rwanda, quatre étapes et quatre langues :

  • Avant la colonisation
  • Pendant la colonisation
  • Après l’indépendance
  • Après le génocide ou le Rwanda actuel

L’éducation à la citoyenneté dans les programmes scolaires au Rwanda dans le cadre de « vivre ensemble » est fondée sur ces quatre étapes majeures de son passé, de son histoire et de son présent pour le futur aux horizons meilleurs. La première étape de l’histoire et de l’éducation du citoyen Rwandais est basée sur son peuple uni, indivisible vivant sous une même culture, de mêmes mœurs et une tradition orale utilisant la même langue “Ikinyarwanda” un seul Dieu « Imana » et un seul leader « Umwami » le roi.

Cette tradition et ces coutumes sont basées sur le respect de Dieu, du roi, des adultes et de son prochain. Elles faisaient des citoyens Rwandais un peuple fier et de grandeur patriotique. Cette citoyenneté a été déchirée et divisée par la culture colonisatrice qui a divisé les Rwandais en différentes ethnies, différentes croyances religieuses ainsi que différentes couches socio-économiques.

Après l’indépendance en 1962, les régimes sociopolitiques qui ont suivi, n’ont pas beaucoup appris de la colonisation mais sont tombés dans les divisions ethniques, géographiques et sociales, les Tutsis, les Hutus, les Batwa, les Bakiga et les Banyanduga, causant ainsi la fuite et les tueries de certaines catégories de Rwandais les amenant à prendre le chemin de l’exil vers les pays voisins, à savoir le Burundi, le Congo (Zaïre), l’Ouganda, la Tanzanie et ailleurs.

Les mécontentements engendrés par le système éducationnel de l’époque à travers ses programmes scolaires n’a pas non plus su créer la citoyenneté entre les étudiants rwandais; ce qui a abouti à de nouveaux massacres et fuites des étudiants et cadres intellectuels tutsis en 1973. Avec l’arrivée au pouvoir de Juvénal Habyarimana, la citoyenneté rwandaise a eu un nouvel élan vers le progrès social et économique visible mais encore une foi de courte durée avec l’introduction bâclée du Kiswahili, de l’organisation scolaire orientée vers les écoles des métiers malheureusement caractérisée par la haine et les divisions sociales. Le régime est passé de la citoyenneté au génocide contre les Tutsis de 1994 qui a vu à peu près un million de Tutsis tués dans une durée de cent jours d’avril à juillet 1994.

Stoppé par le Front Patriotique Rwandais (FPR) Inkotanyi, la citoyenneté rwandaise a connu une nouvelle relève et c’est ainsi que le Rwanda actuel jouit de plusieurs transformations et changements en matière de la politique de l’éducation notamment avec ICT, la politique de la langue, anglais, français, kinyarwanda et le swahili depuis l’année dernière.

Présentement, la citoyenneté rwandaise dans les programmes scolaires est sans aucun doute un levier majeur dans la réussite et le développement du pays car il est fondé sur une philosophie pratique et juste qui insiste sur la philosophie nationale « Ndumunyarwanda » qui met avant tout la dignité et les valeurs et droits humains plutôt que les divisions insensées. Dans notre système éducationnel rwandais actuel, c’est le meilleur qui gagne, ce n’est pas l’enfant de tel ou tel, ce n’est pas de quelle région ou de quel groupe ou de quel sexe. C’est d’ailleurs en tant que fille rwandaise ici présente que je me réjouis de la représentation majoritaire de 61 % des femmes au sein de l’assemblée nationale ou parlement rwandais.

C’est sur cette remarque que dans le cadre de vivre ensemble, l’expérience du Rwanda, malgré le génocide perpétré contre les Tutsis en 1994, les gens vivent ensemble en essayant de vaincre les traumatismes du génocide et de leur passé douloureux et de créer un monde meilleur dans la solidarité pour un destin commun.

 

 


Dossiers

  • 26 février 2019
  • Paris

Enquête Panorama Focus Santé 2018

Savignac

Le président du Réseau Éducation et Solidarité, Matthias Savignac, a présenté une enquête intitulée Panorama Focus Santé 2018, lors de la XVIe Rencontre du CSFEF. Voici le contenu de cette enquête: Panorama Focus Santé 2018


Consulter les dossiers

Actualités

  • 25 mars 2021
  • Montréal

Une dictature se met en place en Haïti

Magali_Georges-CNEH

Exécutions sommaires en toute impunité des opposants et militants politiques, massacres dans les quartiers populaires, répression féroce des manifestations contre le pouvoir, contre les syndicats et contre les journalistes qui couvrent les manifestations, telle est la réalité quotidienne en Haïti. Pourtant, personne ne dénonce cette situation sur la scène internationale. Au contraire, le président Jovenel


Consulter les actualités